Sauvons les abeilles

D’habitude, c’est l’augmentation anormale d’une population d’insecte qui est inquiétante. Et pourtant, cette fois-ci, c’est leurs disparitions qui effraient. Les scientifiques du monde entier se mobilisent pour connaître l’origine du problème. Que va-t-il se passer maintenant ? Quelles solutions adopter pour la pollinisation ? Doit-on se tourner vers d’autres techniques de pollinisation ? Oui, ce ne sont que des insectes, mais ils ont réussi à plonger le monde dans un avenir incertain. Vous l’avez deviné, il s’agit des abeilles et de leurs disparitions massives et inquiétantes.

abeille

Pourquoi sont-elles si importantes ?

Les abeilles sont des pollinisatrices exceptionnelles. Selon les estimations, 80% des fruits et légumes dépendent d’elles. Il faut cependant rappeler que quand on parle d’abeilles pollinisatrices, il ne faut pas parler uniquement des Apis Mellifera. Il existe également d’autres espèces que l’on surnomme communément abeilles sauvages ou abeilles solitaires. Elles contribuent tout autant que les abeilles domestiques à la pollinisation. Dans les 20% qui restent, il y a par exemple les oiseaux, les papillons ou encore les mouches, le vent ainsi que la main de l’homme.

Vous l’avez donc compris, sans les abeilles, beaucoup de plantes vont disparaître ou vont coûter cher puisqu’elles vont probablement être fécondées artificiellement. Ce sera un désastre écologique, économique et sanitaire planétaire sans précédent.

Pourquoi disparaissent-elles ?

En gros, on ignore encore la principale cause de cette disparition des abeilles. Est-ce qu’elles sont juste parties ou est-ce qu’elles meurent quelque part pendant qu’elles partent butiner ? Le plus incroyable c’est que beaucoup de ruches se vident du jour au lendemain. On ne retrouve de cadavres nulle part, du moins, rien aux alentours de la ruche.

Il semblerait que le problème touche les abeilles du monde entier et pourtant, les causes sont assez différentes d’un pays à un autre. Pour l’instant, on n’a retrouvé que des causes probables comme l’utilisation des insecticides ou pesticides ou encore des prédateurs naturels comme les varroas ou les frelons asiatiques. On pointe du doigt également comme le rappelle le dirigeant du site Apiculture.net, la monoculture intensive voir même la trop rapide expansion des villes, diminuant par-là les zones où elles peuvent butiner.

monoculture

Que pouvons-nous faire ?

Les premières mesures préventives étaient de limiter l’usage de certains produits agricoles. Mais pour l’instant, il semblerait que cela n’a pas eu d’effet significatif. Les apiculteurs sont également fortement sensibilisés pour surveiller étroitement leurs ruches contre la présence de varroa surtout. Visible à l’œil nu, il est possible de les retirer s’il le faut. Les plus dangereux sont les virus qu’ils transportent.

Enfin, il ne faut pas oublier ces fameuses abeilles sauvages qui elles aussi sont menacés. Tout comme les multiplications des ruches pour lutter contre l’effondrement, il est aussi possible de préserver les abeilles solitaires en créant des supports pour qu’elles puissent se reproduire.

Leave a Reply